PA de la Municipalité de Bouskoura

I-PRESENTATION DE LA MUNICIPALITE DE BOUSKOURA

Située sur le territoire de la Province de Nouaceur, la Municipalité de Bouskoura est délimitée:

- Au Nord : Arrondissement Ain Chock et Commune Rurale Oulad Azzouz ;
- Au Sud : Commune rurale Oulad Saleh et Municipalité de Nouaceur ;
- A l'Est : Commune Rurale Mejjatia Ouled Taleb et Municipalité de Lahraouiyine;
- A l'Ouest : Province de Settat.

Le développement de cette municipalité soulève un nombre important de questions relative à :
D’une superficie globale de 9870 ha, la Municipalité de Bouskoura connaît un taux d’accroissement annuel élevé de 15% avec une population en 2004 de 92.252 habitants.

En tant que municipalité périphérique de la ville de Casablanca se situant aux franges directes de cette dernière, Bouskoura comporte plusieurs atouts:

- Situation stratégique au sud-ouest de la métropole en limite directe avec la préfecture de Casablanca ;
- Situation stratégique entre le centre de Casablanca et l’aéroport Md V ;
- Situation au carrefour d’un réseau routier important lui assurant une excellente desserte grâce à des axes principaux : Rocade, autoroute Casablanca- Marrakech, voie ferrée et routes nationales importantes notamment la RP 3011(ex RN 109) ;
- Massif forestier le plus important de la région (forêt de Bouskoura)
- Activité industrielle importante et structurée.
- La mise en place d’un outil de développement socio-économique permettant d’assurer l’amélioration des conditions de vie de la population.
- La définition des meilleures visions et perspectives qui assureront un développement durable du territoire en spécifiant les vocations et les fonctions à réserver à ce dernier.
- La stratégie à adopter pour résoudre le problème de l’habitat non réglementaire.
- L’intégration des différents projets engagés.
- La protection des espaces naturels.

II- PREVISIONS ET ORIENTATIONS DU SDAU

La municipalité de Bouskoura occupe une place privilégiée au sud-ouest de la ville de Casablanca, le SDAU prévoit l’extension urbaine sur des territoires composés essentiellement de terrains libres. Cette nouvelle urbanisation doit apporter des réponses à la demande de logements, de surfaces d’activités et d’équipements.

1.Unenouvelle centralité

Les territoires périphériques de Casablanca comme Bouskoura, sont avant tout, des zones de contact entre le monde rural et l'univers urbain, qui conservent des traits du premier tout en subissant peu à peu l'attraction du second.

C’est ainsi qu’il devient essentiel d’œuvrer pour que ces lieux de passage deviennent également des lieux de destination, pour que l’on puisse s’inscrire dans une continuité territoriale en s’appuyant sur l’attractivité, la visibilité et l’accessibilité des lieux en réinventant une centralité caractéristique première de cette municipalité pour qu’elle puisse se fondre avec l’identité particulière du lieu, d’où elle puisera sa force et sa valeur.

La municipalité de Bouskoura comme la plupart des territoires périphériques, manque de centralité urbaine de par la problématique de l’urbanisation diffuse qui se fait en dehors d’un cadre global et cohérent. Le présent plan d’aménagement proposera donc la création d’une nouvelle centralité au cœur de Bouskoura à même de rehausser l’image et la qualité urbaine de l’ensemble du territoire.

2.Activités et grands équipements

La stratégie territoriale prônée par le SDAU consistant à élever le niveau de rayonnement national et international de Casablanca -la métropole- ainsi que le rayonnement régional de chacun de ses territoires infra régionaux, devra nécessairement passer par l’injection de zones d’activités structurées et d’équipements structurants notamment dans le territoire de la municipalité de Bouskoura.

Dans ce sens, le plan d’aménagement de Bouskoura mise sur un aménagement par lequel la qualité urbaine, avec son animation et ses services, est obtenue par une harmonieuse mixité de l’habitat, des activités et des équipements de proximité.

Il est à noter également que l’industrie connaît des mutations importantes dans le Grand Casablanca, à la fois sur le plan des branches d’activités, du déploiement géographique de ces activités et de la qualité des implantations. De fait, on assiste à un redéploiement de l’activité industrielle, concrétisés par des mouvements de transferts d’activités du « centre » vers Bouskoura.

Ces mutations s’accentueront dans les années à venir compte tenu de la création de nouvelles ZAE, mieux adaptées aux besoins des PME-PMI et grandes entreprises.

L’essentiel des zones d’activités de la Province de Nouaceur prévues par le SDAU sont projetées à Bouskoura vu son potentiel industriel important, sa situation stratégique entre la ville et son aéroport et enfin, son infrastructure routière et ferrée.

Pour ce qui est des équipements structurants, le SDAU présente la future ville de Bouskoura comme étant une ville universitaire par excellence et un pôle de loisirs orienté vers le tourisme, ainsi les équipements suivants sont à réaliser à Bouskoura:

- Un campus universitaire ;
- Des golfs ;
- Un hôpital spécialisé ;
- Un parc forestier ;
- Un club équestre.

3.Trame urbaine

3.1. Transport

A l’horizon 2030, Casablanca se veut une ville polycentrique, une ville rompant avec le principe classique de centre-périphérie en créant plusieurs centralités périphériques autonomes. Par ailleurs, un déficit flagrant en termes de transport public se fait sentir créant une entrave à cet objectif.

Pour assurer le principe de polycentrisme, le SDAU définit clairement l’infrastructure majeure du transport susceptible de remédier à cette situation. Ainsi, Bouskoura bénéficiera d’une ligne RER reposant sur la voie ferrée existante avec le projet d’une gare. Par ailleurs, deux lignes à grande vitesse (LGV) reliant Casablanca au nord et au sud du pays passeront par Bouskoura.

3.2. Voiries structurantes

La structuration et l’hiérarchisation de la trame viaire reste incontournable. Elle devra donc veiller à:

- Créer des liaisons entre les différents pôles périphériques (3ème rocade reliant Bouskoura à Oulad Azzouz et à Médiouna) ;
- Assurer la liaison avec la ville de Casablanca en élargissant et renforçant des axes importants déjà existants tels que, la RP 3011 (ex 109) et la RP 3007 vers Sidi Maârouf, en plus de la future ligne RER en provenance du pôle d’Anfa.
- Créer un schéma routier en interne structuré et hiérarchisé pour mieux desservir les différentes entités de la municipalité et les rendre plus accessibles.
- Proposer la réalisation d’ouvrages (ponts, échangeurs,…) et leurs emplacements afin de permettre une continuité des flux de transport sur l’ensemble du territoire.

3.3. Trame «verte et bleue»

Le principal massif forestier de la Région du grand Casablanca est celui de la forêt de Bouskoura qui s’étend sur 3 000 ha s’étalant sur Bouskoura et Médiouna. Ce boisement constitue un vrai « poumon vert » pour la ville.

L’oued Bouskoura, quant à lui, offre encore localement quelques petites zones humides qui abritent une certaine diversité d’invertébrés aquatiques. Des remblais débordent largement sur les secteurs inondables, accroissant ainsi les risques d’inondation en amont par remontée de la ligne de crue et en aval par accélération des flux.

L’essentiel sera de prendre en compte tous ces milieux naturels dans un véritable réseau d’infrastructures vertes intégrant tous les rôles de ces milieux (biodiversité, cadre de vie, éducation, ressource scientifique, protection contre les risques d’inondation majeurs), ce qui permettra de les protéger, voir de les valoriser.

3.4. Qualité et mixité urbaine

Dans le but d’assurer une qualité et mixité urbaine satisfaisante, le SDAU préconise de:

- Maîtriser le développement urbain en périphérie. C’est l’objet même du plan d’aménagement de Bouskoura qui propose la réorganisation de ce territoire étendu en trois entités distinctes : Bouskoura-Centre, Ville Verte et la zone Lahfaya.
- Prendre en considération les projets autorisés en cours de réalisation, aussi bien au niveau du schéma viaire qu’au niveau des vocations, ce qui permettra d’ancrer des secteurs distincts et homogènes.
- Promouvoir la qualité architecturale et urbaine pour tous les projets à introduire dans ce territoire quelque soit leur échelle.

La dimension de la qualité urbaine et celle de la mixité entre l’habitat, les activités et les services de proximité a été instaurée dans la conception du présent plan d’aménagement de telle sorte à créer un équilibre entre les différentes entités du territoire.

III-PREVISIONS DEMOGRAPHIQUES ET LOGEMENT

Selon le RGPH de 2004, la population de Bouskoura a connu une forte progression en l’espace de 10 ans en passant d’une population totale en 1994 de 22.788 habitants à 92.252 habitants en 2004 avec un taux d’accroissement élevé de l’ordre de 15%.

Pour les prévisions, il est nécessaire de prendre en considération le rythme de l’urbanisation en tenant compte à la fois de l’accroissement démographique et du zonage affecté à des nouvelles zones à urbaniser.

Dans le présent rapport on considère la population à terme estimée en fonction des options d’aménagement retenues. En effet, des correspondances entre les caractéristiques réglementaires des différents secteurs et les capacités théoriques en termes de population ont été établies suite aux éléments suivants:

- Surface foncière de référence pour le calcul: 10.000 m² (1ha).
- Application d’un coefficient de pondération pour la voirie et les équipements.
- Coefficient d’Occupation du Sol (COS) et minimum parcellaire.
- Application d’un coefficient de pondération pour la répartition entre habitat et activités.
- Surface brute par logement.
- Taille moyenne du ménage.

Sur la base de ces calculs, la population à terme de Bouskoura sera de l’ordre de 285.000 habitants environ.

- Le secteur Bouskoura Centre:

La population qui sera établie sur le territoire de la Municipalité Bouskoura, secteur Bouskoura Centre sera de l’ordre de 230.000 hab.

- Le secteur Ville Verte:

La population qui sera établie sur le territoire de la Municipalité de Bouskoura, secteur Ville Verte sera de l’ordre de 18.000 hab.

- Le secteur Lahfaya:

La population qui sera établie sur le territoire de la Municipalité de Bouskoura, secteur Lahfaya sera de l’ordre de 37.000 hab.

IV- PARTI D’AMENAGEMENT

Le territoire de la Municipalité de Bouskoura se répartit en trois secteurs distincts de par leur situation géographique, leur mode d’occupation actuel et leur niveau d’urbanisation:

1. Secteur Bouskoura Centre
2. Secteur Ville Verte
3. Secteur Lahfaya

1. SECTEUR DE BOUSKOURA CENTRE

1.1-Etat actuel

1.1.1- Caractéristiques physiques du territoire:

Le territoire de la municipalité de Bouskoura est doté d’un relief relativement plat au centre tout en augmentant vers les extrémités où il prend la forme de collines surplombant la partie centrale, notamment vers la zone de Rmel Lahlal et à l’entrée de Bouskoura depuis la RP 3011 (ex 109).

Ce relief est fortement marqué par une vallée d’emprise variable tout au long de l’oued. Les sources de l’oued se trouvent au centre de Bouskoura où la nappe phréatique est peu profonde.

Les actions de sa réhabilitation sont multiples dont les plus importantes sont : le curage des cours d’eau, le reboisement des abords, la construction d’une piste cyclable et l’aménagement des espaces de repos.

Le climat, sous l’influence de l’océan atlantique, est caractérisé par une température qui peut atteindre en moyenne 13°C en hiver et 23°C en été. Aussi le taux des précipitations annuel est d’environ 350 mm.

1.1.2-Infrastructure de base:

Réseau viaire:

La Municipalité de Bouskoura jouit d’un réseau viaire important, dont deux autoroutes :

 Autoroute Casa-Marrakech
 Autoroute Casa-El jadida

Trois échangeurs permettent l’articulation de la circulation avec les territoires limitrophes.

Des voies structurantes desservent également ce territoire, notamment :

 La RP 3007
 La RP 3009
 La RP 3011 (ex 109)

Une voie ferrée traverse le territoire constituant une coupure physique importante. En atténuer les effets nécessite la réalisation d’ouvrages (certains sont en cours) permettant d’établir une bonne connexion Est-Ouest. Le SDAU prévoit son triplement en vue de recevoir une LGV à l’horizon 2030 avec la création d’une nouvelle gare, il prévoit également la création d’une nouvelle ligne ferroviaire strictement dédiée à la future LGV.

•Transport:

Le territoire de la Municipalité de Bouskoura est desservi par un réseau routier de base important à savoir; l’autoroute Casa-Marrakech, l’autoroute Casa-El jadida, la RP 3007, la RP 3009, la RP 3011 ainsi qu’une voie ferrée.

Cependant, il connaît toujours une carence flagrante en termes de transports publics qui devraient faire le lien aussi bien entre les différentes entités de ce territoire et les territoires limitrophes et la ville de casablanca.

Services publics:

Malgré les efforts, les services publics ne répondent pas aux besoins de la population de Bouskoura qui a connu une forte croissance durant la dernière décennie.

Alimentation en électricité:

Le pourcentage des ménages raccordés au réseau électrique sur Bouskoura est en évolution constante. Ainsi, 81,5% de la population de Bouskoura y est déjà raccordée d’après le recensement de 2004.

L’une des plus grandes contraintes qui entachent le paysage urbain de la municipalité est la présence des lignes HT et MT qui traversent ce territoire à partir de son centre (poste source). Leurs servitudes sont indiquées sur le présent plan d’aménagement en attente d’une action sur le moyen ou le long terme, visant à les supprimer moyennant d’autres alternatives.

Alimentation en eau:

Depuis2004, des efforts sont consentis par les différents intervenants à savoir l’ONEP et LYDEC-INMAE dans le cadre du programme INDH, afin de desservir le nombre important de douars et de noyaux non réglementaires disséminés sur ce territoire.

Il y’a lieu de signaler que Bouskoura héberge une conduite importante d’eau potable alimentant la partie ouest de Casablanca et dont il convient de prévoir une servitude dans le nouvel aménagement.

Réseau d’assainissement:

L’assainissement reste très insuffisant, et très peu opérationnel, un pourcentage minime de la population y est raccordé.

Face à cette situation délicate, le mode d’assainissement le plus utilisé est la fosse sceptique et ce plus spécialement dans les poches d’habitat.

Collecte des déchets ménagers:

La Municipalité de Bouskoura n’est pas dotée d’un système de collecte de déchets ménagers efficace, ce qui marque malheureusement le territoire par des séquelles qui nuisent à son paysage et à son environnement.

1.1.3-Configuration spatiale et types d’occupation du sol:

La municipalité de Bouskoura autrefois, commune rurale s’étalant sur 15.400 ha, comme l’indique ce statut est essentiellement un territoire rural qui présente la particularité de s’établir aux franges de la ville de Casablanca, et d’être dotée d’un potentiel environnemental riche notamment le plus grand massif forestier de la Région du Grand Casablanca.

Pour structurer ce territoire, le plan d’aménagement de 1989 est venu l’organiser en trois zones précises:

- Sidi Maârouf
- Sidi Messaoud
- Bouskoura Centre qui renferme pratiquement le territoire de l’actuelle Municipalité de Bouskoura faisant suite au nouveau découpage administratif de 2009.

Selon le PA de 1989, Bouskoura Centre est une petite agglomération située à 17 km du centre de Casablanca, s’étirant le long de la RP 109 et la RS 1077 et séparée en deux parties par la ligne ONCF.

Autrefois, ce village de 1500 habitants environ était très fréquenté par les casablancais. Les lieux de loisirs étaient nombreux et très fréquentés, les hôtels, restaurants et cafés constituaient une première ossature touristique.

Les activités sportives et plus particulièrement le football et le cyclisme, attiraient un grand nombre de Casablancais.

Le PA de 1989 a divisé Bouskoura Centre en trois zones, les deux premières correspondant à des secteurs d’habitat et la troisième au secteur industriel:

1-Zone Ouest :

Cette zone est limitée à l’est par la voie ferrée, elle comprend :

- Des secteurs d’habitat de forte densité
- Des secteurs d’habitat de densité moyenne
- Une zone d’activités artisanales
- Une zone de grandes propriétés au Nord.

2-La zone Est :

Elle est réservée à un habitat très peu dense, à des aménagements sportifs et des terrains de camping.

3-Zone Sud :

Elle correspond à la zone industrielle et à son extension.

Malgré l’effort consenti par l’ancien plan d’aménagement de 1989, Bouskoura Centre n’a pas vraiment émergé en tant que centre rural et de loisirs en dépit de ses grandes potentialités naturelles et de son climat très recherché. Toutefois, ces atouts ont fait qu’un nombre important de projets de dérogations a vu le jour sur ce territoire très convoité; des projets essentiellement de nature résidentielle, sans une vision cohérente et sans que l’infrastructure et les services de base ne suivent ce développement.

1.1.4-Habitat insalubre:

 La restructuration des quartiers d’habitat insalubre:

De par sa localisation périphérique à la ville de Casablanca, la Municipalité de Bouskoura a constitué ces dernières années, l’un des principaux lieux de redistribution démographique qui s’opère à partir de la métropole. C’est ainsi que l’essentiel de sa croissance démographique (taux d’accroissement très élevé 15%) et l’extension spatiale s’est faite au sein des quartiers non réglementaires.

La mise à niveau de l’espace communal doit proposer des solutions réalistes pour les noyaux importants d’habitat non réglementaire notamment les trois douars localisés au centre de Bouskoura (douar lahwami, boujaadia, oulad malek) et les quartiers mitoyens à l’autoroute.

 Le relogement des bidonvilles :

Les pouvoirs publics ont adopté des programmes de grande envergure en faveur de la population vivant au sein des bidonvilles à l’échelle du Grand Casablanca. Les ménages bidonvillois de la municipalité sont estimés à 700 unités et leur relogement est inclus dans la grande opération d’habitat « Izdihar » sur un terrain de 31 Ha et pilotée par Al Omrane.

1.1.5-Caractéristiques socio-économiques:

•Tourisme et loisir:

La municipalité de Bouskoura, abritant le plus grand massif forestier de la région et jouissant d’un microclimat très recherché, est devenue une destination incontournable pour les casablancais. La forêt de Bouskoura constitue en effet, un des rares espaces récréatifs disponibles à proximité de la ville de Casablanca.

Toutefois, en raison de la forte fréquentation de la forêt (plus de 500 000 visiteurs par an, soit 120.000 véhicules/an), du manque d’entretien et de l’insuffisance des infrastructures d’accueil, cet espace est entré dans un processus de dégradation. Face à cette situation et à une demande croissante, un projet piloté par les Eaux et Forêts est en cours d’étude pour l’aménagement et la valorisation de 270 Ha.

Un nouveau créneau est en train de prendre place à Bouskoura, celui du tourisme golfique avec la réalisation de 3 golfs au sein de la ville verte. Ceci est l’une des principales orientations du SDAU afin de promouvoir les activités de sport et de loisirs en plein air.

•Industrie et activités tertiaires:

La municipalité de Bouskoura est l’une des destinations industrielles les plus prisées de la Région du grand Casablanca, autant dans un cadre formel qu’informel (lahfaya et Rmel lahlal). Cette tendance a été encouragépar le PA de 1989 qui a prévu trois zones industrielles (I5 au centre, I4 à l’ouest et I2 au sud).

Cet engouement des industriels pour Bouskoura n’est pas anodin, il est du essentiellement à sa situation stratégique aux franges de la ville, à la disponibilité du foncier et à la présence d’infrastructures routières importantes (voie ferrée, autoroutes…).

A cet égard, le SDAU a recommandé d’organiser le développement économique le long de nouveaux axes et pôles spécifiques, dont un axe tertiaire et d’innovation sur l’axe Anfa – Sidi Maârouf en direction de Bouskoura et de Nouaceur.

Les zones d’activité de Bouskoura sont :
Le parc industriel de Bouskoura :

Localisé au cœur de Bouskoura, il s’étend sur une superficie de 28 hectares et est aujourd’hui entièrement équipé.

La Réhabilitation de la zone industrielle de Bouskoura :

A proximité de la première zone, Bouskoura dispose d’un deuxième espace d’activité industrielle qui a pu drainer des sociétés d’envergure nationale, voire internationale. Cet espace mérite aujourd’hui une attention particulière afin d’élever son standing au rang des parcs industriels. Des actions de régularisation et d’extension des réseaux, de l’amélioration de la desserte, de la généralisation de l’éclairage public et de traitement paysager des différents axes sont à inscrire dans le programme d’action de la municipalité.

La régularisation et la restructuration de la zone R’mel Lahlal :

D’après le SDAU, les développements industriels les plus importants à l’Ouest de Casablanca sont ceux de la route d’El Jadida et de la route de Bouskoura. Ces ZI, relativement anciennes et pour une bonne part déstructurées, devront être modernisées et confortées par de nouvelles implantations qui en rehaussent l’image.

La restructuration de la zone de Rmel Lahlal s’impose vu son importance et la nature des industries qu’elle abrite. L’objectif étant d’améliorer les conditions dans lesquelles se déploient ces activités.

L’axe tertiaire de show-room menant à l’aéroport Mohamed V :

Dans le but de créer un espace urbain bien agencé le long de l’axe routier menant à l’aéroport Mohamed V, il est permis l’implantation d’activités de sport et de loisirs, ainsi que des show-rooms et des restaurants, selon un ordonnancement à définir par le Plan d’aménagement sectoriel, qui doit veiller à l’implantation intégrée en milieu vert de ces activités et tenir compte d’une densité faible et d’une hauteur ne dépassant pas 10m.

1.2- Objectifs et prévisions

Les orientations de l’aménagement définies par le SDAU font apparaître l’importance des zones périphériques urbanisables, au-delà des secteurs urbanisés, pour accueillir la croissance démographique de la métropole casablancaise.

Le plan général du SDAU fait clairement apparaître que la municipalité de Bouskoura notamment le secteur Bouskoura Centre constituera la deuxième ville la plus importante après Casablanca à l’horizon 2030.

1.2.1-Prévisions démographiques

Le SDAU a démontré que certains arrondissements centraux anciens de Casablanca ont vu leur population diminuer. En revanche, la population des pôles urbains périphériques tout comme celle des communes rurales a connu une forte croissance, Bouskoura ayant le taux le plus élevé (+ 15 %).

Pour le secteur Bouskoura Centre, l’analyse et la déclinaison des zones de différentes densités, permet d’établir le cadrage quantitatif des logements et populations susceptibles d’être accueillis. La population de ce secteur sera de 230.000 habitants.

1.2.2-Transport

Le SDAU prévoit de raccorder le secteur Bouskoura Centre aux territoires qui lui sont limitrophes, en plus du réseau viaire existant par un réseau plus développé et structuré, qui comprendra le dédoublement de certains axes importants notamment la RP 3011, la RP 3007 et la RP 3009. Les pôles périphériques notamment Bouskoura centre doivent être accessibles par des transports de masse de type RER tout au long de l’axe Casablanca – Nouaceur via Bouskoura.

1.3- Trame viaire

Le schéma viaire projeté se présente sous forme d’axes routiers ayant essentiellement comme objectifs de:

- Desservir les différentes entités de la municipalité.
- Décongestionner les points noirs et les endroits à circulation problématique.
- Valoriser les axes structurants reliant Bouskoura centre à la ville mère (ex RP 3011, RP 3007 et RP 3009) ;
- Consolider les liaisons avec Oulad Azzouz, Médiouna et Oulad Saleh (3ème rocade du SDAU).

Ses lignes directrices seront:

- Le prolongement de la 3ème rocade prévue par le SDAU, arrivant de Oulad Azzouz à l’ouest jusqu’à Médiouna, avec une emprise variable allant jusqu’à 50m.

- Le dédoublement de la RP 3011, qui représente actuellement l’accès principal au secteur Bouskoura centre, recevant un flux automobile important. Ce dédoublement vers une emprise de 60m permettra de recevoir ce flux dans des conditions plus favorables.

- Le dédoublement de la RP 3007 et porter son emprise à 60m tel que prévu par le SDAU, pour renforcer la connexion avec Sidi Maarouf d’autant plus que cet axe dessert la zone industrielle de Rmel Lahlal. Cet axe rejoint à l’ouest, la 3ème rocade prévue par le SDAU, et se branche également au niveau d’Aîn Chock à la voie de 50 m qui contourne Casablanca parallèlement à l’autoroute.

- Le dédoublement de la RP 3009 à une emprise de 30m. Cet axe longeant la voie ferrée, dessert la zone industrielle de Rmel Lahlal passant par le Centre, pour atteindre les zones industrielles sud de Bouskoura et d’Oulad saleh. Il se branche également sur la voie de 50m au niveau d’Aîn Chock.

- La création de deux échangeurs au niveau de l’autoroute Casablanca-Marrakech afin de relier Bouskoura Centre à la Ville Verte et Lahfaya.

- La création d’une voie de 50m abritant la servitude de la conduite ONEP sous forme de refuge central et reliant la RP 3009 à la 3ème rocade de Casablanca.

- La création de voies parallèles traversant d’est en ouest la nouvelle centralité avec des emprises allant de 30 à 40m, et qui traversent la voie ferrée au niveau de la RP 3009. A cet égard, des ouvrages d’art sont programmés ou en cours de réalisation au niveau de ces intersections.

- le triplement de la voie ferrée existante s’impose afin de recevoir la future ligne RER, longue de 63Km et reliant Mohammedia à Nouaceur-Aéroport passant par le pôle d’Anfa. Ce triplement est également justifié par la future LGV. Ce renforcement fera profiter le nouveau centre de Bouskoura du développement de la ville de Casablanca et plus particulièrement celui du site d’Anfa.

- Une bifurcation de la LGV au niveau de Bouskoura vers Lahraouiyine en passant par la Ville Verte et Lahfaya nécessitera la création d’une nouvelle voie ferrée et la réservation d’une servitude pour sa réalisation.

- Achèvement de la liaison routière express entre Médiouna et Bouskoura.

1.4- Trames verte et bleue

L’essentiel de la trame verte de la Municipalité est composé de la forêt de Bouskoura, qui sera présentée plus en détail dans ce rapport au niveau du secteur « Ville Verte ».

La présence d’importantes carrières à l’ouest et au sud de la zone d’activité existante impose leur intégration entant que parcs et espaces verts ouverts au publics à planter aux frais de la collectivité, qui en échange bénéficiera du cadre paysager.

Enfin, un parc urbain a été réalisé à proximité des sources de l’Oued Bouskoura.

Concernant la coulée bleue, l’oued Bouskoura qui part de Bouskoura jusqu’à l’océan atlantique, offre encore localement quelques petites zones humides qui abritent une certaine diversité d’invertébrés aquatiques.

1.5- Vocations spatiales

Le secteur de Bouskoura Centre peut être subdivisé en 3 sous-secteurs:

Sous-secteur 1 : la zone de faible densité comprise entre l’autoroute Casa-El Jadida et le nouveau couloir LGV ;
Sous-secteur 2 : La zone majoritairement dense comprise entre l’autoroute Casa-Marrakech et la RP 3007 ;
Sous-secteur 3 : La zone d’activité comprenant la zone Rmel-Lahlal située entre la RP 3007 et l’autoroute Casa-El Jadida.

Les densités se répartissent de manière à créer une nouvelle centralité plus ou moins dense, au-delà de l’ancien centre, s’aérant en allant vers les extrémités aux abords de l’Oued Bouskoura au nord, vers les réserves stratégiques à l’ouest et vers le territoire de Oulad Saleh au sud.

1.5.1- Sous-secteur 1 : la zone de faible densité comprise entre l’autoroute Casa-El Jadida et le nouveau couloir LGV

Cette zone de faible densité a la particularité de se trouver à l’intersection de trois grandes infrastructures : l’autoroute Casa-El Jadida au nord, l’autoroute Casa-Marrakech à l’est, la vois ferrée à l’ouest et le couloir de la LGV projeté au sud. S’ajoute à cela le lit de l’Oued Bouskoura au sud et à l’ouest. Cet emplacement fait de cette zone une entité isolée du reste du territoire.

Cette zone constitue également l’un des points hauts du territoire, une colline offrant une vue directe sur la forêt de Bouskoura à l’est. Elle se prête parfaitement à une zone résidentielle de faible densité de type D2s et D3s.

L’Oued Bouskoura engendrera tout naturellement une servitude non aedificandi, dans laquelle toute construction est interdite, les alentours de ce dernier devront également être mis en valeur pour renforcer cette donne naturelle à travers l’implantation de grands projets de sports et de loisirs en plein air afin d’offrir à la population des airs de jeux, des golfs, des hippodromes, et des parcs d’attractions.

1.5.2- Sous-secteur 2 : La zone majoritairement dense comprise entre l’autoroute Casa-Marrakech et la RP 3007

Entre l’autoroute Casa-Marrakech et la voie ferrée :

En prolongement de l’axe tertiaire de Sidi Maârouf, une zone tertiaire dediée aux show-rooms viendra se greffer à la RP 3011 à l’entrée de Bouskoura, ce qui permettra de diversifier l’offre en activités. Une deuxième zone recevant de l'industrie est prévue sur le terrain de la société ST Micro électronique. Il y’a lieu de signaler également qu’un pont rail a été réalisé permettant, selon le SDAU, de raccorder la RP 3011 à la 3ème rocade projetée.

La zone résidentielle se trouve entre l’oued et la voie ferrée doit comporter selon le SDAU, deux types de densités, forte et intermédiaire. Or, une partie est engagée en résidences de villas récemment autorisées.

Elle recevra donc un zonage de villas. Les parties non engagées recevront deux types d’occupation : des villas en bande et jumelées et des immeubles à l'alignement, annonçant la nouvelle centralité.

On constate la présence d’un nombre important de lignes de haute tension traversant ce tronçon de territoire, en raison de la présence d’un poste transformateur ONE.

Entre la voie ferrée et la RP 3007 :

Le projet « Izdihar », est une opération mixte, comportant des logements sociaux, des logements dédiés au recasement ainsi qu’une zone villa. Le projet prévoit également des équipements de proximité (mosquée, école primaire, collège, CQP, centre de sport,…).

Entre ces deux projets, trouvera place le cœur de la nouvelle centralité basée sur des équipements structurants, tel le campus universitaire, un grand équipement culturel, un hôpital, un complexe sportif, reliés par une trame viaire généreuse (emprises entre 30 et 50m) offrant ainsi à la future ville de Bouskoura un espace de vie attractif et animé.

La nouvelle centralité sera également marquée par un échelonnement de hauteurs, allant de R+7 diminuant progressivement jusqu’à atteindre des hauteurs en R+1 correspondant aux zones de villas limitrophes.

En plus de la zone d’activités existante (Chambre Française de Commerce et le Parc Industriel de Bouskoura), une zone d’activités est prévue par le SDAU donnant sur la RP 3007 en continuité avec la zone industrielle Rmel-Lahlal. Ce choix découle du fait de l’existence d’unités industrielles importantes sur cet axe.

A l’ouest, une trame verte de l’espace rural intégrera les carrières existantes.

Une zone de réserve stratégique pour habitat est également prévue au sud-ouest du territoire.

Un zonage approprié est attribué au secteur Labissa comportant des villas existantes sur des parcelles de 1Ha.

1.5.3- Sous-secteur 3 : La zone d’activité comprenant la zone Rmel Lahlal située entre la RP 3007 et l’autoroute Casa-El Jadida -A5-

Le SDAU prévoit la réalisation d’une plate-forme logistique de stockage-distribution à Bouskoura.

Ce sous secteur abritera donc une zone logistique au croisement de l’autoroute Casa-El Jadida et la voie ferrée.

Par ailleurs, ce sous secteur concentre l’essentiel des zones d’activités prévues à Bouskoura. Ainsi, une zone industrielle est prévue englobant la zone industrielle informelle de Rmel Lahlal qui abrite des unités industrielles de grande envergure. L’objectif étant d’intégrer et de valoriser cette zone. Une zone tertiaire est également prévue.

Une zone de réserve stratégique pour habitat est également prévue au sud ouest du territoire.

La partie à l’ouest de ce secteur gardera la vocation agricole conformément aux recommandations du SDAU.

1.6- Equipements

Le calcul des densités projetées selon le SDAU fait ressortir qu’une population de 230.000 habitants environ sera installé à Bouskoura Centre à l’horizon 2030.

Pour chacun des secteurs d’étude, des terrains ont été réservés pour l’accueil des équipements publics correspondant à la population attendue.

Le secteur Bouskoura Centre abritera également des équipements structurants prévus par le SDAU et par la grille normative, à savoir :

- Un campus Universitaire desservi par les transports en commun (Navette Bidaoui);
- Deux complexes sportifs ;
- Deux hôpitaux généraux ;

2- SECTEUR VILLE VERTE

2.1-Etat actuel

2.1.1-Caractéristiques physiques du territoire

Le secteur ville verte présente la particularité d’être imbriqué à la forêt de Bouskoura bénéficiant ainsi de vues imprenables et d’un micro-climat.

L’absence de noyaux de bidonvilles et d’habitat non réglementaire ainsi que sa proximité de Casablanca sont des atouts majeurs.


2.1.2-Infrastructure de base

Le projet de la Ville Verte occupe la partie centrale du territoire de Bouskoura. Elle est délimitée:

- Au nord par la rocade autoroutière;
- Au sud par la forêt de Bouskoura ;
- A l’est par la route reliant Casablanca et Médiouna -RP3020-;
- A l’ouest par l’autoroute Casa-Marrakech -A7-

Le relief du terrain est en pente relativement régulière partant de la rocade urbaine jusqu’au point culminant «Merchiche ».

2.1.3- Configuration spatiale et type d’occupation du sol

La seule approche faite par le PA de 1989 vis-à-vis du secteur Ville Verte - chevauchement de des zones de Bouskoura et de Sidi Maârouf- est traduite par le zonage rural qui vient ancrer le caractère rural du territoire, et une distinction de la forêt de Bouskoura avec une servitude de 300m.

Ce secteur est composé essentiellement de terrains agricoles classés de qualité moyenne selon la carte agricole de Casablanca. Des fermes et des exploitations, jouxtées par des villas et de l’habitat rural occupent également une partie de ce secteur.

2.1.4- Habitat insalubre

Contrairement au fait de voir proliférer des noyaux de bidonvilles dans les zones RA, le secteur Ville Verte contient très peu d’habitat non réglementaire hormis quelques douars notamment entre la partie nord et la partie sud de la forêt.

2.1.5- Caractéristiques socio-économiques

L’essentiel du territoire du secteur Ville verte est composé de la forêt de Bouskoura, qui en plus d’être un espace d’agrément important pour les casablancais, est un espace de production également.

Durant ces dernières années, Bouskoura a certes connu un essor socio-économique important qui a fait prendre conscience des enjeux de ce territoire, cependant ce développement parfois anarchique n'est pas sans conséquences sur le potentiel environnemental de la zone:

- Dégradation de l’écosystème forestier du à une fréquentation massive ;
- Problèmes de pollution liés à l’industrialisation et l’exploitation des carrières ;
- Absence d’un réseau d’assainissement liquide d’où l’utilisation des fosses sceptiques qui risquent de polluer la nappe phréatique.

2.2- Objectifs et prévisions

Contexte général :

- Maintenir la vocation d’espace de loisir et de recréation ouvert au public au alentour de la forêt;
- Valoriser la Forêt de Bouskoura en la transformant progressivement en un véritable parc urbain régional ;
- Développer des segments liés aux activités sportives pour renforcer le poids de Casablanca dans la géographie touristique, notamment dans le segment golfique ;
- Renforcer l’offre en équipements à rayonnement régional et national : école et institut supérieur spécialisés dans des secteurs de pointe (école centrale…) ;
- Développer des équipements d’animation à l’échelle de la nouvelle urbanisation ouverts sur l’ensemble de la ville de Casablanca ;
- Introduire la composante naturelle dans des espaces résidentiels de qualité ;
- L’objectif est de mettre sur le marché de nouveaux produits urbains permettant la valorisation de la zone sud de Casablanca.

Le parti d’aménagement est conditionné par:

- La vocation verte de la zone et par sa fonction fondatrice, sport, loisir, animation.
- La protection et la valorisation de la forêt.
- Le choix des densités adéquates avec les vocations principales.
- Meilleure accessibilité: Le tracé du schéma viaire doit participer à la valorisation générale de la zone. Les modes d’articulation avec l’agglomération doivent contribuer à une meilleure intégration de la zone.
- Le renforcement de la qualité paysagère globale.
- La diversification de l’offre en produits urbains afin de consolider de nouveaux segments; tourismes golfiques, hôtellerie de haute gamme, résidence de haut standing.

2.2.1-Prévisions démographiques

Le plan général du SDAU fait clairement apparaître que ce secteur accueillera une zone résidentielle à très faible densité. La population sera de 18.000 habitants.

2.2.2-Transport

Le SDAU prévoit un couloir pour la future LGV longeant la limite nord du secteur ville verte.

Au sud de la forêt, il est également prévu une liaison entre Bouskoura et Médiouna en passant par Nouaceur.

2.3- Trame viaire

Les lignes directrices de la conception du schéma viaire tendent à faciliter l'aménagement des accès à la ville verte à travers:

- Le dédoublement de la RP3020,qui va assurer la liaison du coté Nord Ouest à la RN1 et du coté Sud Est à la RR315.

- Construction du pont de Taddart et permettre, via le Boulevard Taddart, de desservir ce secteur du coté nord et lui offrir un accès direct au centre ville.

- Construction de l'echangeur de Bouskoura et permettre, via l'accès à l'autoroute Casa-Settat, d'assurer les flux à ce secteur, de et vers l'aéroport Med V et Marrakech, ainsi que les échanges avec le centre de Bouskoura.

2.4- Vocations spatiales

- La ville verte profite de la proximité de la forêt de Bouskoura qui est la composante majeure de la trame verte régionale à l’échelle de Casablanca. Ceci lui confère un microclimat très sollicité. Une servitude de protection est à respecter le long de la forêt.
- Une zone de loisirs en plein air est prévue également au nord entre la rocade autoroutière et le couloir LGV, se prolongeant et s’élargissant jusqu’au secteur Lahfaya.
- Le SDAU préconise l’extension de la forêt vers l’ouest en proposant une zone de loisirs en plein air encore une fois à ses lisières. Un parc forestier est à aménager au sein de la forêt.

Au nord de la forêt, se situe le projet de la Ville Verte dont trois projets sont en cours de réalisation : « Casa Green Town », « Bouskoura Golf City » et « Golf de Bouskoura ». Il s’agit de complexes résidentiels et touristiques s’articulant avec des Golfs et proposant des programmes alliant habitat de luxe et loisirs avec des équipements d’animation (restaurants, hôtels, centre commerciaux, complexes sportifs…).

En dessous du couloir de la LGV, une zone de villas très aérée est également prévue.

Au cœur du projet, une zone d'immeubles orientés constituera la centralité qui animera les zones de villas tout autour.

Une zone tampon de ceinture verte sera comprise entre la rocade autoroutière et le couloir LGV se prolongeant jusqu’à Lahfaya.

3- SECTEUR LAHFAYA

3.1-Etat actuel

3.1.1-Caractéristiques physiques du territoire

Le secteur Lahfaya présente une carence en termes d’infrastructure de base et ce aussi bien au niveau du réseau viaire, du transport que des services publics.

3.1.2-Infrastructure de base

Le pôle Lahfaya est situé sur la partie Est de la municipalité de Bouskoura.

Il est délimité:
- Au nord par l’autoroute Casa-El Jadida ;
- Au sud par la commune rurale Majjatia Oulad Taleb ;
- A l’est par la route de Médiouna -RR315- ;
- A l’ouest par la voie de liaison entre Casa et Médiouna.

Son relief est en pente vers l’autoroute Casa-El jadida et vers le sud vers le point culminant «Merchiche », avec une ligne de crête dans son centre.

3.1.3- Configuration spatiale et type d’occupation du sol

Le territoire de Lahfaya est érigé en zone RA dans le plan d’aménagement de 1989.

Comme c’est le cas de la plupart des zones rurales périphériques de Casablanca, le territoire de Lahfaya a connu un développement anarchique et non contrôlé. Ainsi, on retrouve un tissu hétérogène fortement marqué par de l’habitat non réglementaire et par de l’industrie informelle.

3.1.4- Habitat insalubre

En dehors de l’habitat rural, le secteur Lahfaya présente dans sa quasi-totalité de l’habitat insalubre concentré ou discontinu, le plus souvent sous forme de douars.

3.1.5- Caractéristiques socio-économiques

Le développement anarchique de ce secteur est essentiellement industriel, c’est ainsi que des unités industrielles informelles et des hangars on trouvé place le long des pistes et de la route de Médiouna. Cela fait de Lahfaya l’une des zones industrielles informelles les plus importantes de la Région du Grand Casablanca.

3.2- Objectif et prévisions

Les orientations d’aménagement définies par le SDAU pour ce secteur préconisent une restructuration et une réhabilitation de la zone industrielle informelle existante ainsi que les noyaux d’habitat non réglementaire.

3.2.1-Prévisions démographiques

La zone de restructuration prévue par le SDAU accueillera une population de 37.000 habitants environ.

3.2.2-Transport

Le SDAU prévoit le renforcement de la route de Médiouna qui constitue le principal axe de raccordement du secteur Lahfaya avec la ville de Casablanca.

3.3- Trame viaire

Les lignes directrices du schéma viaire sont:

- Le renforcement de la route de Médiouna -RR315-.
-La création de deux voies latérales le long de la ligne LGV.
- La création d’une voie de contournement de 30m au sud et à l’ouest de la zone d’activité projetée permettant également le raccordement avec la RP3020.
-La possibilité de réaliser dans le futur, un ou plusieurs ouvrages au niveau du couloir LGV, afin d’assurer la connexion entre la partie nord et la partie sud du secteur.

3.4- Vocations spatiales

Le SDAU a défini la partie engagée du secteur Lahfaya comme étant une zone de restructuration et de réhabilitation. Le reste du secteur gardera son caractère rural en l’érigeant en zone RA constituant ainsi une zone tampon entre la zone d’activité Lahfaya et la Ville Verte.

Le couloir LGV divise Lahfaya en deux zones distinctes : nord et sud.

Zone nord :

Une zone d’activités industrielles non polluantes prendra place le long de la route de Médiouna afin de mieux valoriser cet axe, et permettre par la même occasion la mutation de cette partie fortement marquée par des hangars et des industries informelles.

Derrière cet écran, se trouve une partie du bidonville Lmkanssa qui trouve sa continuité à Ain Chock, il est proposé de le restructurer. A proximité, un ancien lotissement en R+1 dense et sous équipé sera amélioré.

Zone sud :

La zone sud sera majoritairement dédiée à l’activité vu qu’elle est en grande partie engagée en hangars agricoles transformés en ateliers de fabrication ou de stockage.

Ainsi, La zone industrielle au nord de la ligne LGV trouvera son prolongement dans la partie sud tout au long de la route de Médiouna. Elle valorisera l’entrée sud de la ville de Casablanca. Le zonage proposé permettra d’intégrer et de réhabiliter les unités industrielles informelles déjà existantes.

Derrière cette zone se développera une zone industrielle autour d’une zone d’habitat à R+2 avec ses équipements de proximité.

V. EQUIPEMENTS PUBLICS

Face à la forte croissance urbaine que connait la région du Grand Casablanca et à la hausse continuelle des prix du foncier et à sa rareté, la normalisation des équipements collectifs et la rationalisation de la consommation du foncier devient au centre de la problématique de la mise en œuvre des documents d’urbanisme.

Le nombre et la superficie des équipements à prévoir sont calculés, par le plan d’aménagement, à partir d’une grille normative, en fonction de la capacité d’accueil (population d’accueil à terme) des zones déjà urbanisées et/ou celles à ouvrir à l’urbanisation.

La grille se présente sous forme de tableau qui définit des normes en fonction des seuils de population et de superficies nécessaires et rationnelles, elle est utilisée avec une certaine flexibilité chaque fois que la réalité du terrain le suggère.

A noter que les normes ont été réduites (le seuil de la population nécessaire a augmenté et la surface de l’équipement a baissé) par rapport à l’ancienne grille normative sur la base de laquelle ont été établis les anciens plans d’aménagements.

La nouvelle grille s’inscrit donc dans les objectifs suivants:

- Programmation des équipements collectifs selon une approche réaliste.
- Optimisation des superficies.
- Distinction entre les équipements de proximité et les équipements structurants.
- Regroupement dans la mesure du possible des équipements en un seul pôle dans un souci de multifonctionnalité, de polyvalence et de rentabilité.
- Recherche d’une équité foncière.
- Mise en œuvre des équipements programmés.

L’implantation des équipements inscrits au Plan d’Aménagement répond à deux préoccupations:
- Palier le déficit flagrant en termes d’équipements.
- Assurer l’accessibilité de toutes les populations concernées aux équipements de base.

VI.PATRIMOINE NATUREL

La municipalité dispose d’un patrimoine naturel et paysager qui est considérée come étant un bien commun a tous les casablancais, encore relativement épargné par l'empreinte de l'Homme, qu’il convient de préserver et de mettre en valeur afin de le léguer aux générations futures. Ce patrimoine est aussi une somme de ressources naturelles.

La forêt de Bouskoura vient en tête de liste, espace d’agrément et de production, elle est composée principalement d’Eucalyptus et de résineux.

Oued Bouskoura et ses sources forment également un paysage naturel d’exception abritant un écosystème fragile et une végétation luxuriante. Tout aménagement proposé devra tenir compte de cette composante naturelle importante qui marque le territoire de Bouskoura.

VII- ESPACES PUBLICS

Le plan d’aménagement de la Municipalité de Bouskoura donne une attention particulière aux espaces publics (quasi inexistants) pour répondre aux besoins d’une population qui s’établira sur ce territoire à l’horizon 2030 et améliorer sa qualité de vie.

Les espaces publics représentent des lieux de convivialité et de sociabilité, symbolisant l’échange, le partage, la liberté, et devant être libre de toute contrainte d’utilisation abusive. Ces espaces renferment essentiellement; les espaces verts, les places et placettes, les aménagements paysagers longeant les axes routiers, les rues, promenades, et axes piétons. Ils doivent être correctement dimensionnés, équitablement réparti sur le territoire, et bien insérés dans leur contexte.

La Municipalité de Bouskoura a le privilège d’abriter la plus grande forêt de la Région représentant le seul poumon vert encore disponible à l’échelle de la métropole. Sa préservation et sa valorisation s’imposent afin d’en faire un espace de loisirs et un attrait pour tous les casablancais avides de détente.

Les carrières situées à l’ouest de la Municipalité, présentent une opportunité à saisir pour l’aménagement de parcs qui viendront renforcer l’offre en espaces verts.

La trame verte s’organise sur le territoire de la Municipalité à travers les principales composantes suivantes:

- Préservation et boisement de la forêt de Bouskoura ;
- Aménagement des carrières en parcs ;

- Aménagement des abords de l’Oued Bouskoura ;
- Aménagement de plusieurs boulevards importants avec des arbres d’alignement et des allées de promenades piétonnes permettant une continuité de la trame verte ;
- Des places et placettes, seront prévues pour créer des espaces de convivialité.

VIII.MODALITES DE MISE EN ŒUVRE


1.Principes directeurs d’aménagement

Les composantes et les principes directeurs d’aménagement s’articulent autour des points suivants:

- Mener une action urbanistique volontariste.
- Une composition urbaine de qualité (une armature viaire forte, des espaces publics généreux, des mails plantés, des percées visuelles, des repères urbains…).
- Favoriser la réalisation de projets intégrés prenant en considération les besoins de la population actuelle et future.
- Créer des pôles d’animation dans les quartiers résidentiels.
- Localiser les équipements structurants en fonction de l’organisation urbaine : ce critère sera prépondérant pour les équipements à rayonnement régional qui contribuent à la promotion de l’image de la ville.
- Réserver des terrains à des espaces boisés, constitués de la ceinture verte, des espaces verts publics et des espaces réservés à des équipements sportifs.
- Réserver des terrains à des équipements publics d’enseignement, de santé et administratifs.
- Prévoir un schéma viaire principal constitué des voies avec des emprises généreuses et hiérarchisées des carrefours fonctionnels et des places.

On se rapproche ainsi de l’idée d’aménagement concerté et opérationnel. Le zonage correspondant aux nouvelles zones ouvertes à l’urbanisation comporterait l’idée d’aménagement concerté et conventionné.

La mise en œuvre du plan d’aménagement doit, compte tenu des enjeux d’aménagement, intervenir aux moyens d’actions coordonnées, concertées et maîtrisées où la question des conflits d’intérêts, la recherche d’une équité et de l’équilibre en matière de répartition des charges et profits sont fortement requises.

Les conditions préalables à l’ouverture des nouveaux secteurs à l’urbanisation sont:

- La réalisation des travaux de VRD, en vue de garantir une cohérence des aménagements projetés et d’éviter un développement anarchique et une urbanisation dispersée;
- L’ouverture à l’urbanisation progressive en fonction des ressources budgétaires disponibles et de l’échéancier de la réalisation des équipements d’infrastructure.
- L’élaboration d’une convention cadre de partenariat entre les différents intervenants. Cette convention devrait permettre le financement et la réalisation des voies d’aménagement et des infrastructures de base ainsi que des équipements parallèlement au reste du projet.

La convention précise également:

- Les conditions, les obligations et les engagements des différents partenaires.
- Les modalités de financement sur la base du coût global des équipements hors site.
- La participation des propriétaires de terrains à la réalisation des travaux hors site et des équipements de superstructure selon des modalités prédéfinies.
- La participation des grands opérateurs spécialisés en matière d’aménagement de nature à favoriser le bon déroulement et la célérité dans le processus d’aménagement de ce secteur.

2.Programmation et financement des équipements publics

Pour les grands équipements qui nécessitent d’importants terrains comme les espaces verts, les terrains de sports, les écoles, le plan d’aménagement permet d’assurer les réservations les plus importantes, notamment celles des grands équipements publics (lycée, collège, hôpitaux...). Les administrations responsables doivent être en mesure d’assurer la prospective de leurs besoins et donner leur accord et engagent leur responsabilité, d’abord pour répondre, le cas échéant, à l’exercice du droit de délaissement par le propriétaire, puis ensuite pour réaliser l’équipement.

Pour les équipements publics situés dans les secteurs urbains en extension, il est indispensable de pouvoir réaliser les équipements en temps utile, c’est-à-dire en même temps que la construction des logements. La question est évidemment celle du financement. On retrouve l’enjeu de l’urbanisme opérationnel qui suppose un plan de masse conforme aux dispositions générales du plan d’aménagement au sein duquel il s’incorpore un programme d’équipements publics assorti des engagements publics ou privés garantissant leur financement.

Enfin, des équipements d’intérêt général dont les emplacements sont réservés par le plan d’aménagement, avec la possibilité réglementée dans la cadre de convention, de laisser la charge de leur réalisation à des opérateurs privés.






ACTUALITES

toutes les actualités


5 Octobre 2018

Réunion avec l'Organisation ''Le Club de l'immobilier''

L’Agence Urbaine de Casablanca a organisé ce vendredi 5 octobre une réunion en présence de plusieurs dirigeants de sociétés immobilières françaises et multinationales. Ces personnes se regroupant dans une organisation basée à Paris appelée ‘’Le Club de l’immobilier’’, organisent un voyage biannuel s

3 Septembre 2018

Installation du Gouverneur Directeur de l’Agence urbaine de Casablanca, Monsieur Taoufiq Benali

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Monsieur Noureddine Boutayeb, a présidé, vendredi à Casablanca, la cérémonie d’installation du Gouverneur Directeur de l’Agence urbaine de Casablanca (AUC), Monsieur Taoufiq Benali. La cérémonie d’installation s’est déroulée en présence notam

27 Aout 2018

SM le Roi nomme de nouveaux walis et gouverneurs au niveau des administrations territoriale et centrale, ainsi que le gouverneur, directeur du FEC et le gouverneur, directeur de l’AUC (Source MAP)

Rabat – Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a nommé, vendredi au Palais Royal à Rabat, de nouveaux walis et gouverneurs au niveau de l’Administration territoriale et de l’Administration centrale, ainsi que le gouverneur, directeur du Fonds d’Equipement communal (FEC) et le gouverneur,

Bienvenue sur l'application de consultation des documents d'urbanisme

L’utilisation de ce service implique votre acceptation des présentes conditions d’utilisation.

L’utilisation de ce service ne vous confère aucun droit sur le contenu auquel vous accédez. Ce service est uniquement informationnel et n’engage en aucun cas l’Agence Urbaine de Casablanca et ne peut en aucun cas équivaloir à une note de renseignement.

Pour la demande de la note de renseignement, les documents suivants sont nécessaires:

• Plan cadastral visé par le service du cadastre ;
• Un extrait de la mappe cadastrale indiquant la situation du terrain ;
• La liste des coordonnées Lambert visée par le service du Cadastre ;
• Enveloppe timbrée portant l’adresse exacte du demandeur ;
• Quatre cent cinquante DH (450dhs) versés auprès du régisseur – recettes de l’AUC ;
• Autorisation du propriétaire et identité du demandeur s’il est autre que le propriétaire ;
• Certificat de propriété du terrain concerné.
• Photocopie de la CIN
• Statut de la Société lorsqu’il s’agit d’une personne morale.

La note de renseignement est délivrée par l’Agence Urbaine de Casablanca dans les 48 h après son dépôt.

Toutefois, l’Agence Urbaine de Casablanca n’a de cesse de modifier et d’améliorer ce service. Nous sommes donc susceptibles d’ajouter ou de supprimer des fonctionnalités ou des fonctions, et il peut également arriver que nous suspendions ou interrompions complètement celui-ci.

Refuser
Accepter

Authentification


Nom d'utilisateur : *
Mot de passe : *